L'Opéra "Marius et Fanny" disponible en CD.

Avril 2008

Page précédentePage précédente

Le CD de l'Opéra "FANNY" de Vladimir Cosma, sera disponible sur notre boutique internet à partir du Lundi 28 Avril 2008.

 

La composition de l’opéra « Marius et Fanny » a été suscitée par une commande passée par l’Opéra de Marseille à Vladimir Cosma, afin de réaliser un ouvrage lyrique d’après les œuvres de Marcel Pagnol.
L’œuvre a été créée début septembre 2007 à l’Opéra de Marseille.
 
Entre-temps, toutes les fées s’étaient penchées sur le berceau d’une œuvre que Vladimir Cosma a composé pendant près de deux années, avec toute la science et la sincérité d’un compositeur, qui est à coup sûr l’un des plus grands mélodistes de son temps  - et oui, un grand compositeur classique, au sens le plus sérieux et le plus abouti.
 
Angela Gheorghiu et Roberto Alagna, séduits par le projet et par une collaboration avec Vladimir Cosma, ont voulu participer à l’aventure et ont enregistré cet album d’extraits, avec le prestigieux London Symphony Orchestra dirigé par le compositeur, avant même la création mondiale de l’œuvre à l’Opéra de Marseille.
 
« Marius et Fanny », vous l’entendrez, est une œuvre dont les airs ne vous quittent plus après une seule audition, une œuvre magique dans laquelle les plus belles conventions de l’opéra sont exercées avec virtuosité et fraîcheur par Cosma, avec sa générosité mélodique et orchestrale inimitables.
 
Une grande œuvre populaire, en somme, et une invitation à aimer l’opéra et la voix. Avec «Marius et Fanny », Vladimir Cosma a offert à la scène lyrique un cadeau généreux dont l’existence ne fait que commencer.
 
Procurez-vous ce CD
 
 ________________________________________________________________________________
 
 
En guise de préambule
 
 
 
Nous sommes à Marseille dans les années 1912-1913, la revue Massilia confie à un jeune
homme la rubrique de la critique dramatique de l’Opéra et du Théâtre du Gymnase.
     C’est un très jeune bachelier à la mèche noire rebelle et au regard d’anthracite, fou de
musique, de théâtre et de poésie.
     Il signe ses critiques du nom de Castro, d’une plume acérée et souvent caustique.
     Il n’épargne ni le ténor trop chenu, ni la soprano pléthorique, ni le chef ingérable. Il a du
style ce Castro.
     Il ne deviendra jamais ni un architecte célèbre ni un dictateur contestable.
     Ce petit Castro deviendra Marcel Pagnol : un auteur dramatique joué dans le monde
entier et dont la pérennité est éclatante.
      Il serait ce soir heureux et fier sous les ors de cet Opéra, d’être ici avec nous.
      Il eût aimé rencontrer Vladimir Cosma dont il appréciait le talent et qui a su si bien
illustrer La Gloire de mon père et Le Château de ma mère dans les films parfaits d’Yves Robert, comme il a su rythmer les répliques de la Trilogie – travail difficile et minutieux, car chaque syllabe est une note, chaque note a un sens et de cette succession de notes naît une émotion.
       A présent, la boucle est bouclée, Castro a enfin rejoint l’Opéra de son adolescence où tous les espoirs brillaient dans le ciel de Marseille.
 
                                                                           JACQUELINE PAGNOL
 
 
 
VLADIMIR COSMA
 
BIOGRAPHIE
 
 
 
Vladimir Cosma né le 13 avril 1940 à Bucarest en Roumanie, dans une famille de musiciens. Son père, Téodor Cosma est pianiste et chef d’orchestre, sa mère auteur-compositeur, son oncle, Edgar Cosma, compositeur et chef d’orchestre et une de ses grand-mères, pianiste, élève du célèbre Ferrucio Busoni.
 
Après des premiers prix de violon et de composition au conservatoire National de Bucarest, il arrive à Paris, en 1963 et poursuit ses études au Conservatoire National de Paris et avec Nadia Boulanger. En plus de la musique dite « classique », il se passionne très tôt pour le jazz, la musique de films et toutes formes de musique populaire.
 
A partir de 1964, il effectue de nombreuses tournées à travers le monde comme violoniste concertiste et se consacre de plus en plus à la composition. Il écrit différentes œuvres dont :  Trois mouvements d’été pour orchestre symphonique, Oblique pour violoncelle et orchestre, des musiques de scène et de ballet ( Volpone pour la Comédie Française, l’Opéra  Fantomas , etc..).
 
En 1968, Yves Robert lui confie sa première musique de film pour Alexandre le Bienheureux.
 
Vladimir Cosma a, depuis, composé plus de deux cents partitions pour des films de longs métrages cinéma et séries T.V. On lui doit au cinéma de très nombreux succès en collaboration notamment avec Yves Robert, Gérard Oury, Francis Veber, Claude Pinoteau, Jean-Jacques Beineix, Claude Zidi, Ettore Scola, Pascal Thomas, Pierre Richard, Yves Boisset, André Cayatte, Gérard Lauzier, J.P. Mocky, Philippe Muyl, Paul Carpita, Edouard Molinaro, J.M. Poiré, et parmi lesquels :
Le Grand Blond avec une chaussure noire, Diva, Les Aventures de Rabbi Jacob, La Boum, l’As des As, la Chèvre, Les Fugitifs, Les Zozos, Pleure pas la Bouche pleine, Dupont Lajoie, Un éléphant ça trompe énormément, La Dérobade, Le Père Noël est une ordure, L’Etudiante, La Vouivre, La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, Le Souper, Cuisine et dépendances, Le Jaguar, le plus beau métier du monde, les Palmes de Monsieur Schutz, Le dîner de cons, Le Placard ….
 
Vladimir Cosma s’est également illustré dans d’importantes productions télévisuelles françaises et américaines :
Michel Strogoff, Les Aventures de David Balfour (Kidnapped), L’Amour en héritage (Mistral’s Daughter), Châteauvallon, Les Grandes Familles, Les Mystères de Paris, Les années Infernales (Nightmare Years), Les Cœurs Brûlés, les Yeux d’Hélène, la Trilogie marseillaise (Marius, César, Fanny)….
 
 
 
La musique de film lui permet d’aborder et d’approfondir différentes tendances musicales : le jazz (avec des œuvres écrites pour des grands solistes comme Chet Baker, Toots Thielmans, Don Byas, Stéphane Grappelli, Jean-Luc Ponty, Philip Catherine, Tony Coe, Pepper Adams), la chanson (pour Nana Mouskouri, Marie Laforêt, Richard Sanderson, Diane Dufresne, Herbert Léonard, Mireille Mahieu, Nicole Croisille, Lara Fabian, Guy Marchand, etc…), des œuvres d’inspiration folklorique (pour Gheorge Zamfir, Stanciu Simion « Syrinx »-flûte de pan-, Liam O’Flynn- pipes, Romane-guitare- ainsi que de formes classiques (Concerto de Berlin pour violon et orchestre, Concerto pour Euphonium et orchestre, Concerto Ibérique pour trompette et orchestre, Courts métrages pour quintette de cuivres…).
 
En 2006, il a dirigé, en création mondiale, son œuvre Eh bien ! Dansez maintenant, divertissement pour narrateur et orchestre symphonique d’après les Fables de Jean de la Fontaine, lors d’un concert donné au Victoria Hall à Genève, avec l’Orchestre de la Suisse Romande et avec comme récitant, Lambert Wilson.
 
Vladimir Cosma vient d’achever l’Opéra Marius et Fanny , d’après Marcel Pagnol dont la création a eu lieu en septembre 2007 à l’Opéra de Marseille, avec Roberto Alagna et Angela Gheorghiu dans les rôles titres ainsi que Jean-Philippe Lafont dans le rôle de César.
 
Parallèlement, il se consacre à la direction d’orchestre et à la réécriture de ses musiques de films dans le but de leur exécution en dehors des salles de cinéma et plus particulièrement pour des concerts symphoniques.
Il se produit en France et dans de nombreux pays avec de grands orchestres symphoniques accompagnés de solistes prestigieux tels que Ivry Giltis, Vadim Repin, Wilhelmenia Fernandez, Patrice Fontanarosa, Jean-Luc Ponty, Didier Lockwood, Stanciu Simion « Syrinx », Philip Catherine ….
 
Vladimir Cosma a reçu de nombreuses distinctions : deux Césars de la meilleure musique de film, en 1982 pour Diva et en 1984 pour le Bal, deux 7 d’or de la meilleure musique T.V. en 1986 et 1991 ; le prix pour la musique de Diva à Moscou en 1982.
 
En 1983, à Cannes, il a reçu le Grand Prix du Disque de la musique de films pour l’ensemble de son œuvre. En 1990, il obtient le Grand Prix Sacem de l’œuvre musicale audiovisuelle. En mai 2001 lui est attribué le Prix Philip Award – Festival de Varsovie (meilleure création européenne pour la musique de films) et en 2003, le Grand Prix Sacem de la musique de films.
 
Il a également obtenu de nombreux disques d’or et de platine à travers le monde (France, Allemagne, Japon, Angleterre, Suisse, Belgique, Italie, Hollande, Scandinavie, etc…)
 
Vladimir Cosma est Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur, Grand Officier du Mérite Culturel Roumain ainsi que Commandeur des Arts et des Lettres.
 
 

Procurez-vous le coffret CD

Procurez-vous le coffret CD