Le Temps des secrets

Page précédentePage précédente

Troisième tome des "SOUVENIRS D'ENFANCE", composés de trois autres volumes ("LA GLOIRE DE MON PÈRE", "LE CHÂTEAU DE MA MÈRE", "LE TEMPS DES AMOURS").

Edition Originale

Monte-Carlo, Pastorelly, 1960.

Résumé

Marcel approche de l'adolescence, c'est le temps du premier amour avec Isabelle. Il s'y montre tout à fait ridicule, faisant les quatre volontés de cette petite fille perfide. C'est aussi le temps du lycée et de ses camaraderies qui se perpétueront jusqu'à la mort.

- Vous n'avez pas trouvé le chemin ?"
Elle me répondit, indignée :
"Vous savez bien qu'il est barré par d'énormes toiles d'araignées ! Il y en a au moins quatre ou cinq, et la plus grosse a voulu me sauter à la figure !
- Vous n'avez qu'à contourner les toiles. Le vallon est assez large pour ça !
- Oui, mais il faudrait marcher dans ces hautes herbes (elle désignait les fenouils) et ça serait encore plus dangereux ! J'ai vu courir un animal énorme, qui était long et vert !"
Elle me regardait d'un air plein de reproches comme si j'étais le responsable de la sécurité de ces territoires. Je compris qu'elle avait vu un limbert, mais parce qu'elle m'agaçait, je dis, d'un air tout à fait naturel :
"Ce doit être un serpent. Ici, c'est le vallon des serpents. Ils se nourrissent de rats ; et comme il y a beaucoup de rats, ça fait qu'il y a beaucoup de serpents ;"
D'un air soupçonneux, elle conclut :
"Ce n'est pas vrai ! Vous dites ça pour m'effrayer !".
Mais elle regardait dans l'herbe de tous côtés.
Je repris :
"Il n'y a pas de quoi avoir peur, parce que ce sont des couleuvres. C'est froid, mais ça n'a pas de poison. Il n'y a qu'à faire du bruit, et elles auront plus peur que vous."
Sans bouger d'un pas, je feignis d'examiner de très près ma grappe de raisin, comme si je considérais que la conversation était terminée. Après un long silence, elle dit sur un ton sarcastique :
"Quand un garçon est galant, il n'abandonne pas une demoiselle dans un endroit aussi dangereux.