Le château de la Buzine

Page précédentePage précédente

"Ce n'était pas un monument historique, mais l'immense demeure d'un grand bourgeois du Second Empire..." Marcel Pagnol

Le Château de La Reynarde, le Château Régis et le Château de La Buzine jalonnent le parcours éprouvant qu'empruntait la famille Pagnol pour se rendre à la "Bastide Neuve" : "Mon père ...transpirait horriblement. Paul s'arrêta pour enrouler une poignée d'herbes autour de la ficelle de son paquet qui lui coupait les doigts. La petite sœur effarée était aussi muette que sa poupée... La pâleur muette de ma mère me serrait le cœur..."

Le véritable "Château de ma Mère", La Buzine, est devenu nettement plus imposant dans les "Souvenirs d'Enfance" du petit Marcel que dans la réalité : "Ce n'était pas un monument historique, mais l'immense demeure d'un grand bourgeois du Second Empire : il avait dû être assez fier des quatre tours octogonales et des trente balcons de pierre sculptée qui ornaient chaque façade..." Marcel Pagnol

Le Domaine de La Buzine, devenu aujourd'hui le Parc des Sept Collines, tient son nom d'un certain de Buzin, qui acquiert le domaine au XVIIe siècle par son mariage avec une Dame Isabeau de Vidau.
En 1856, un entrepreneur architecte, marseillais, Pierre Hilaire Curtil, achète La Buzine et fait construire, à la place de l'ancienne bastide, le château actuel, qu'il a lui-même dessiné.
La demeure s'inspire du style Louis XIII, très à la mode à l'époque. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, le domaine change plusieurs fois de propriétaires.
Ainsi, Théodore Mante, industriel marseillais dont l'épouse née Rostand est la sœur du célèbre auteur de "Cyrano de Bergerac" va acheter La Buzine en 1883.
Edmond Rostand, en fréquentes villégiatures chez sa sœur, écrit alors "L'Aiglon" et se délasse en nageant et canotant dans le grand bassin. En 1901, les Pallez, une famille de musiciens, rachète le château à la famille Mante. Yvan Pallez, jeune et brillant violoncelliste, reçoit avec ses parents les musiciens et artistes de la région.
La Buzine brille alors par ses fêtes musicales et costumées. Après 1920, de nombreux propriétaires se succèdent, jusqu'à ce que Pagnol rachète en 1941, La Buzine au Crédit Foncier de France, qui en est alors le propriétaire.
Mais la guerre l'empêchera d'y réaliser son rêve d'une "Cité du Cinéma". Le domaine restera propriété de la famille Pagnol, jusqu'en 1973. À cette date, un an avant sa mort, Marcel cède le château et le parc à un promoteur désireux de lotir le lieu qui va devenir La Parc des Sept Collines. Entre la guerre et 1973, le château aura été réquisitionné, pillé, squatté, brûlé, gravement endommagé, sans que Pagnol ne puisse obtenir le moindre recours. Depuis 1996, après de nombreuses péripéties, et de fréquentes menaces de destruction, le château est enfin sauvé et inscrit à l'ordre des Monuments Historiques.
Le projet de rénovation est en cours et l'installation d'un musée Pagnol y est prévue.