"Les lieders de Schubert sont des mélodies incomparables, d'un effet dramatique saisissant. Dès le début, les arpèges de l'accompagnement nous font voir et entendre le ruisseau. Lorsque le héros découvre le moulin, la basse traduit le bruit rythmé de la grande roue meunière, tandis que la main droite continue à transposer les sons et les murmures de l'eau courante. Enfin, ce décor sonore varie sans cesse de timbre et de son, selon le sentiment qu'il entoure et qu'il complète."
Marcel Pagnol.

Marcel Pagnol, qui vient de terminer une première version de "LA BELLE MEUNIERE" en noir et blanc, s'enthousiasme pour le tout nouveau procédé Rouxcolor, inventé par les ingénieurs français Lucien et Armand Roux. Il décide donc de recommencer le tournage en couleurs, pour un coût bien inférieur à celui du procédé Technicolor américain. Pourtant, à sa sortie, le film déchaîne une seconde bataille d'Hernani. Le réglage des appareils de projection se révèle très délicat et, malgré les nombreux admirateurs
de Tino Rossi, le charme de Jacqueline Pagnol et les dialogues pétillants de Marcel Pagnol, le film est un échec. Il sera retranscrit, en 1985, par les Archives du Film sur pellicule Eastmancolor et présenté une seule fois à la télévision.

La Belle Meunière

Page précédentePage précédente

La production

Producteur : Société Nouvelle des Films de Marcel Pagnol.
Scénario, dialogues et réalisation : Marcel Pagnol, d'après les lieders de Franz Schubert.
Images : Willy Faktorovitch.
Procédé : Rouxcolor.
Décors : Robert Giordani.
Partition musicale : Tony Aubin.
Montage : Jeannette Rongier.
Extérieurs : Moulin de La Colle-sur-Loup et Castellaras.
Première présentation publique : Paris, 24 Novembre 1948.
Durée : 1 h 39.

Les interprètes

Tino Rossi - Franz Schubert
Jacqueline Pagnol - Brigitte
Raoul Marco - Son père
Lilia Vetti - Sa favorite
Raphaël Patorni - Le comte Christian

L'histoire

Franz Schubert, découragé, quitte la ville. Suivant en chantant un torrent où il puise son inspiration, il arrive près d'un moulin. La ravissante fille du meunier attire son regard...