Extrait :

"FLORENCE
Etoiles, je ne suis qu'une fille perdue, puisque je n'aime pas celui qui me nourrit et que j'accepte sa nourriture, et sa parole et sa présence. Il m'a donné mille cadeaux, mais de cet homme qui m'adore, chaque cadeau est une gifle. Etoiles, donnez-moi celui de qui chaque gifle serait un cadeau. Qu'il soit grand ou qu'il soit petit, qu'il soit jeune ou qu'il soit vieux, qu'il soit riche ou qu'il soit pauvre, dites-lui que je l'attends. Et vous savez que je serai ce qu'il faudra.
S'il est malade, je le soignerai ; s'il est faible, je le nourrirai ; s'il est sale, je le laverai. S'il est savant, je lirai tous les livres ; s'il est marin je saurai l'attendre et s'il est roi je serai reine : car je suis comme une eau sur qui rien ne se penche, la source sans image qui attend son reflet. Et je ne vous demande pas d'être adorée.
Etoiles, faites que je l'aime, donnez-lui seulement la patience de supporter mon grand amour : car l'unique et noble richesse ce n'est pas l'amour qu'on inspire, c'est celui qu'on a dans le cœur.
Mais dites-lui qu'il vienne vite, parce que je n'ai plus de courage, que le désir d'aimer m'étouffe et que les nuits de mes vingt ans sont si noires de son absence. Il n'est pas venu aujourd'hui.
Portez-lui ce soir le message, et faites qu'il vienne demain.
Voilà ma prière aux étoiles. Elles ne m'ont pas répondu. Et vous, je vous en veux de tout l'amour que vous avez pour moi. Au moins vous savez la douleur d'aimer. Moi je ne sais pas...

DOMINIQUE
Par moment, tu me hais, Florence...

FLORENCE
Peut-être.

DOMINIQUE
Par moment tu me hais, je le sais... Quelquefois, à propos de rien, tu m'as fait peur... Toi qui es dans le fond si bonne et si douce, j 'ai vu luire parfois dans ton œil un regard de bête fauve...

FLORENCE (Elle est très calme maintenant)
J'ai connu un paysan qui avait élevé un petit renard. Il l'avait nourri au biberon, avec bonté, avec tendresse... et alors, ce renard ne le quittait jamais, et même il dormait sur son lit. Un jour il a voulu en prendre un autre et il a mis un piège. C'était un grand piège avec des mâchoires solides et des dents aiguës qui entraient les unes dans les autres...
Il a bien su le tendre et, un soir, il a pris une belle renarde, une renarde longue et rousse qui rongeait sa cuisse pour se délivrer. Quand il a vu de loin qu'elle était prise, il a été tout fier de son adresse et il est venu en courant. Il savait qu'elle était blessée, mais elle était couchée sur sa blessure et on ne voyait pas le sang.
Elle restait immobile et muette, et toute pleine de son mal.
Il s'est approché d'elle, cet imbécile, et il s'est penché pour lui mettre un collier. Elle l'a mordu à la gorge, il a saigné toute la nuit.
Au matin il est mort sur elle, mais elle était morte sous lui.
Vois-tu, lorsqu'on pose des pièges, on ne prend que des bêtes féroces.

DOMINIQUE
Mais alors, comment faut-il faire, si l'on aime d'amour une bête féroce ?

FLORENCE
Il n'y a pas de bêtes féroces : ce sont les pièges qui les font."

La prière aux Etoiles (film inachevé)

Page précédentePage précédente

La production

Producteur : Les Films Marcel Pagnol.
Directeur de production : Alexis Plumet.
Scénario, dialogues et réalisation : Marcel Pagnol.
Images : André Thomas.
Décors : Robert Giordani.
Musique : Raoul Moretti.
Script : Martine Mouneyres.
Photographe de plateau : Henri Moiroud.
Montage : Jeannette Ginestet.

Les interprètes

Pierre Blanchar - Pierre Florent
Josette Day - Florence
Julien Carette - Frédéric, son frère
Pauline Carton - Fernande, leur mère
Jean Chevrier - Dominique de Ravel
André Alerme - Albert Chazel
Fernand Charpin - Evariste, patron de l'hôtel des Calanques
Milly Mathis - Bonne de l'hôtel
Auguste Mouries - Aurèle Bidou, le syndic
Jean Castan - Pétugue
Line Noro - Mlle Reverdy
Margueritte Moreno - La voyante
Jean Toulout - ...
Jane Marken - ...
Marcel André - ...
Françoise Thurin - ...

L'histoire

Florence rencontre Pierre à la foire du Trône. Ils se jurent un amour éternel et partent à Cassis sous le soleil du Midi. Cependant la jeune fille a un lourd passé de femme entretenue. Son protecteur, Dominique, a la délicatesse de s'effacer. Mais Pierre, par son intransigeance, est prêt à tout gâcher. Pourtant la douceur et l'amour pur de Florence réussiront à apaiser sa colère.