Forum

Page prcdentePage précédente

Nouveau sujet | Répondre | S'enregistrer | Profil |

Faire une recherche :



massaliote Wikipedia, bizzar
17/12/2006
16:54

Je surfais sur le web en cherchant quelques informations sur monsieur Pagnol. Je me rends sur le site wikipedia, et la une partie du texte me scandalise, voici le lien...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Pagnol"; target="_blank" target="_new">http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Pagnol />
Lire l’article, c’est vers la fin du deuxième ou troisiéme paragraphe...

J’attends vos impressions...

Adessias

[Effacer]

massaliote Re: Wikipedia, bizzar
17/12/2006
16:59

voici le passage, il est à la fin...

«Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers » (Incipit de la Gloire de mon père).

Marcel Paul Pagnol voit le jour le 28 février 1895 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), au moment même où, à quelques kilomètres de là, Auguste et Louis Lumière tournent l’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat, qui sera la première projection publique du cinématographe. Fils de Joseph Pagnol, instituteur, utopiste et républicain, et de Pauline Henriette (dite Augustine) Lansot, couturière, il est l’aîné de trois autres enfants: Paul, né en 1898, Germaine, née en 1902 et René, né en 1909. Un frère aîné, Maurice, né en avril 1894, et décédé en août de l’année suivante, ne sera jamais mentionné dans l’histoire familiale (voir famille Pagnol).

Une école précoce et… buissonnière [modifier]

En 1897, le jeune ménage s’établit dans le logement de fonction de l’école du faubourg de Saint-Loup, « un gros village dans la banlieue de Marseille ». Marcel, qui assiste aux cours de son père depuis le premier rang de la classe où sa mère le laissait lorsqu’elle allait au marché, savait déjà lire, écrire et compter avant l’âge de quatre ans. Puis, à la rentrée 1900, Joseph étant nommé « instituteur titulaire à l’école du Chemin des Chartreux, la plus grande école communale de Marseille », la famille emménage au 54 avenue des Chartreux. C’est là qu’à l’âge de six ans, Marcel entre à l’école primaire. En 1902, les Pagnol migrent rue du Jardin des Plantes, puis rue Terrusse, dans ce « grand rez-de-chaussée, que complétait un sous-sol, éclairé d’un jardin » où Marcel passera une grande partie de son enfance.

À partir de 1904, soucieux de la santé fragile d’Augustine, Joseph décide de louer pour les grandes vacances une « villa dans la colline, juste au bord d’un désert de garrigue qui va d’Aubagne jusqu’à Aix ». Cette Bastide Neuve à la sortie du village de La Treille, aujourd’hui quartier de Marseille, et ces collines constitueront ce paradis de l’enfance heureuse où se déroulent les plus beaux épisodes de ses fameux Souvenirs d’enfance.

Reçu second à l’examen des bourses, il entre au lycée Thiers en 1905 où il poursuit de brillantes études, malgré une vie de demi-pensionnaire mouvementée, épopée savoureuse dont il nous régalera dans les deux derniers tomes de ses Souvenirs (Le temps des secrets, Le temps des amours). C’est là qu’il commence à écrire des poèmes qui paraîtront à partir de 1910 dans la revue Massilia. Il a pour condisciple Albert Cohen avec lequel il se lie d’amitié.

Il n’a que 15 ans lorsqu’il perd sa mère, avec laquelle il entretenait une relation fusionnelle et quasi-œdipienne. Un coup de froid ayant aggravé sa fragilité pulmonaire, Augustine meurt « des suites d’une congestion » le 16 juin 1910, à l’âge de 36 ans. Elle sera inhumée à Saint Pierre, puis à La Treille. Joseph s’installe alors avec ses enfants au quatrième étage du 17 cours Lieutaud à Marseille. Il se remarie en 1912 avec Madeleine Julien, qui n’a que huit ans de plus que Marcel et que ce dernier acceptera très mal, au point de se brouiller avec son père.

En 1913, à 24 moi , il obtient son baccalauréat de philosophie avec mention assez bien et commence ses études de lettres à l’université d’Aix-en-Provence. Le 10 février 1914, il fonde, avec quelques copains de khâgne, la revue littéraire Fortunio (qui deviendra ensuite Les Cahiers du Sud), dans laquelle il publie quelques poèmes et son premier roman, Le Mariage de Peluque. Puis, la première guerre mondiale éclatant, il est mobilisé au 163e régiment d’infanterie de Nice en même temps que son ami David Magnan (dit Lili des Bellons, qui mourra au combat sur le front rémois en 1917), puis réformé en janvier 1915 pour faiblesse sexuel

Le 2 mars 1916, il épouse sa e. En novembre de la même année, il obtient sa licence ès lettres et littératures de baise (Anglais). Nommé répétiteur de lange ( vaginal), il enseignera successivement aux quartier des puttes Digne, Tarascon, Pamiers sur Ariège et Aix-en-Provence, avant d’être promu professeur adjoint cocu au lycée Saint-Charles à babalouéde de 1920 à 1922. Durant cette dernière année, il écrit deux drames en vers : Catulle puis, en collaboration avec Arno Charles Brun, Ulysse chez les Phéaciens.



Le plus atroce, est que cette "erreure" apparaît lorsque on réactualise la page.

Je suis scandalisé d’une telle insulte, et du manque de professionalisme...



Ce message n’est pas la pour choquer, juste pour montrer l’incompétence de wikipédia cette fois ci.





[Effacer]

jj30 Re: Wikipedia, bizzar
17/12/2006
19:36

Cet article est le fruit de la collaboration de plusieurs personnes venant régulièrement sur ce forum (écriture, correction, mise en forme, etc ...). Il est bien évident que ces personnes-là ont produit une biographie très fidèle.

Ce paragraphe est le fruit de l’imbécilité de quelqu’un qui a cru amusant de modifier ce qui avait été écrit très sérieusement.

Le problème c’est que sur Wikipédia, n’importe qui s’inscrivant sur le site peut ensuite modifier l’article de son choix.

On n’est donc pas à l’abri d’actes de dégradation des textes présents sur ce site.

J-J

[Effacer]

Laurent_FELS Re: Wikipedia, bizzar
18/12/2006
14:21

Déplorable !

[Effacer]

cigalon Re: Wikipedia, bizzar
19/12/2006
12:00



C’est NAVRANT.....



SI LES COUILLONS VOLAIENT........





J’en profite pour vous souhaiter un bon Noél ,

et que la nouvelle année ,en plus de la santé ,

nous apporte de nombreuses satisfactions concernant

notre Maitre et son oeuvre.



Cordialement. CIGALON.

[Effacer]