Forum

Page prcdentePage précédente

Nouveau sujet | Répondre | S'enregistrer | Profil |

Faire une recherche :



Giuliano "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
19/07/2004
11:47

"Le chateau de ma mère", page 104 Editions de Fallois: de quoi parle-t-il notre ami?!

[Effacer]

Céline Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
20/07/2004
13:20

Cher Guiliano,



je n’ai malheureusement pas la même édition que vous. Pourriez vous m’indiquer le contexte dans lequel est placé cette phrase, comme vous le faisiez dans les précédents messages ? D’avance merci.



Bonne journée,

Céline.

[Effacer]

Jean-Philippe Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
20/07/2004
14:08

Je ne possède pas non plus la même édition , dorénavant si vous affichez de plus grands extraits, il serait plus aisé de vous répondre.

L’expression me fait penser immédiatement à la retraite de la campagne de Russie de Napoléon qui s’est avérée être une hécatombe, les troupes sont mortes de faim et de froid en masse.

Les corbeaux feraient référence à la mort et la soupe de corbeaux au potentiel seul repas que les troupes avaient.



Bien macabre comme pensée.

Peut-être que le contexte nous envoit sur des chemins plus glorieux.



Jean-Philippe

[Effacer]

mistral Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
20/07/2004
16:20

18ème chapitre, mMrcel entre en 4ème primaire <<Courbe la tête, fier Sicambre!>>, la plaisante farce de Rollon, la cage de fer du cardinal de la Balue, la soupe aux corbeaux de la retraite de Russie, et ce trop efficace bouton de guêtre dont l’absence nous fit perdre la guerre de 70.>>

L’Histoire de France racontée à Marcel par M. Mortier. <<Cette science m’intéressait dans la mesure où elle était romanesque.>> Ecrit encore Pagnol.Les histoires de l’Histoire.

Je ne les connais pas.

Je sais seulement que Sicambre était un peuple germanique, près du Rhin , dont le pays fut dévasté par César; que Rollon était un chef pirate normand et que sa personnalité est entourée de légendes; que Balue était aumonier du roi LouisXI et que devenu cardinal, cela avait dû lui monter à la tête, car il entama des négociations secrètes avec Charles le Téméraire; ce qui lui aurait valu d’être enfermé dans le château de Loches, prison d’Etat.

M. Mortier devait être un grand érudit et devait connaître de nombreuses annecdotes sur les personnages qui jalonnent notre Histoire. C’est ce qui captivent les enfants et leur fait aimer des disciplines parfois rébarbatives.

Si quelqun pouvait nous dire ce que sont ces annecdotes dont parle Pagnol, ce serait super.

Bonjour à tous!

[Effacer]

Giuliano Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
20/07/2004
21:30

Chers amis,

merci pour votre reponse. Voilà le passage en question. Marcel est en train de raconter sa preparation pour la bourse du Lycé.: "... l’histoire de France. Cette science m’intéressait, dans la mesure où elle était romanesque: ’Courbe la tete, fier Sicambre’, la plaisante farce de Rollon, la cage de fer du cardinal de La Balue, la soupe aux corbeaux de la retraite de Russie". Il est évident qu’il s’agit de la retraite de Russie de Napoléon, mais j’ai l’impression que Pagnol veuille parler d’un anedocte en particulier. ça c’est le problème: quelq’un d’entre vous connait cet anedocte?! A bientot!



Giuliano

[Effacer]

JJ30 Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
21/07/2004
01:01

Ce passage renvoie à des anecdotes de l’histoire de France, de celles que mes enseignants nous racontaient volontiers et qui ont fait le tour des bancs d’écoles, rehaussées de belles illustrations hautes en couleurs dans nos manuels d’Histoire d’alors. Ce sont ces anecdotes qui permettaient de mieux « avaler » les séries de dates et d’évènements et comme dit Marcel, rendaient l’Histoire romanesque.



1) Clovis fut baptisé en 496 à Reims par l’évêque Saint-Rémi qui prononça à cette occasion la fameuse phrase : « Adoucis-toi, fier Sicambre, et courbe la tête ; adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré. » Les Sicambres étaient une tribu germanique qui combattit César puis se mêla aux Francs. Les Sicambres comptent donc parmi les ancêtres de Clovis.



2) Rollon était un chef de pirates normands. Voici sa farce. Par le traité de St Clair sur Epte en 911, le roi de France Charles le Simple reconnaît à Rollon la possession d’un territoire, qui devient la Normandie. Le Viking doit, selon l’usage, baiser le pied de son nouveau suzerain. Mais Rollon est trop fier pour s’exécuter. Il ordonne donc à l’un de ses compagnons de prendre sa place. L’homme se penche vers le roi dans une attitude de soumission bien imitée et, alors que celui-ci ne se méfie pas, il lui prend le pied et le porte à sa bouche. Déséquilibré, Charles tombe à la renverse au milieu de ses barons.



3) Le Cardinal de La Balue est un parvenu né dans une famille de petits seigneurs. En 1469, avec la complicité de l’évêque de Verdun, Guillaume de Harancourt, et avec Charles le Téméraire, il tente d’organiser contre Louis XI une nouvelle ligue des grands seigneurs. Il est emprisonné pendant dix ans et on raconte qu’il est enfermé dans l’une de ces cages qu’il avait, par ironie du sort, lui-même inventées. Ces cages étaient appelées des « fillettes » du fait de leur petites dimensions (1m50 X 1m75). La nuit la cage était suspendue à plusieurs mètres du sol pour éviter toute tentative de fuite.



4) La soupe aux corbeaux. Lors de la désastreuse retraite de Russie, l’armée française n’avait plus rien à manger à cause de la politique de la terre brûlée des Russes. Rebroussant en partie son chemin, la Grande Armée repasse sur des terrains où elle a livré bataille. Là gisent encore des milliers de cadavres au milieu de nuées de corbeaux. (surtout à Borodino où gisent 20 000 corps !). On peut rapprocher cette image de la soupe aux corbeaux du tableau montrant des soldats se réchauffant aux entrailles d’un cheval mort, transis de froid.



5) Enfin, l’anecdote du bouton de guêtre, que Marcel tourne en dérision. Le 19 juillet 1870, la France déclare la guerre à la Prusse. Le maréchal Leboeuf, ministre de la Guerre, a beau affirmer : "Nous sommes prêts, archiprêts. Il ne nous manquera pas un bouton de guêtre", rarement une armée a été si peu préparée à la faire. Le 4 septembre 1870, 500 000 Allemands envahissent la France et marchent sur Paris.

On comprend mieux l’intérrogation d’un enfant sur l’efficacité d’un si petit bouton !



Marcel aurait pu citer encore Clovis et le vase de Soissons, Bernard Palissy qui brûlait ses meubles et le plancher de sa maison pour ses recherches sur l’émaillage, etc, etc, … L’Histoire de France compte beaucoup d’anecdotes !



En espérant vous avoir éclairés.

Amitiés à tous

J-J

[Effacer]

mistral Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
21/07/2004
09:07

merci à JJ30 pour son érudition ! Super! Salut à tous!

[Effacer]

Escaoupres Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
22/07/2004
16:56

Bravo JJ et merci pour cette fière moisson



Ah, ça par exemple! Je te vois distinctement avec le chapeau d’encaisseur du petit Césariot.

Signé : un jaloux

[Effacer]

pg Re: "La soupe aux corbeaux de la retraite de Russie"
01/05/2007
11:02

je viens ici vous dire un grand merci pour tout ces rensegnemnts .je me suis longtemps interoger sur tout ca .avec beaucoup de retard je vous decouvre enfin. et avec delegtation je devors le forum .merci encor a escaoupres .jj30 et tout les autres

[Effacer]