Forum

Page prcdentePage précédente

Nouveau sujet | Répondre | S'enregistrer | Profil |

Faire une recherche :



Lizbec Les secrets de famille
18/06/2007
21:00

J’ouvre un sujet différent pour dépasser un peu le thème de la "Boulangère", qui pour Pagnol semble bien être une incarnation de Vénus.



Ce qui fait l’intérêt de cette discussion, ce n’est bien entendu pas l’aspect "presse à sensations", mais bien plus de voir comment Marcel Pagnol a pu, à mon avis, être trahi par certains aspects de l’adaptation que nous venons de voir à la télévision, adaptation qui, par ailleurs, a bien des qualités...



Pagnol,lui, derrière l’"Hénaurmité" burlesque de la scène entre les grands parents, aborde la question de l’infidélité de Joseph avec beaucoup de discrétion et de pudeur... mais il en parle quand même !



"On m’a dit que Joseph en fut charmé et qu’il profita de sa liberté pour conter fleurette à la boulangère, dont il mit en ordre la comptabilité : voilà une idée déplaisante, et que je n’ai jamais acceptée."



"Mais je me rendis compte qu’elle ne perdait pas de vue son Joseph qui dansait, un point sur la hanche, avec la boulangère d’Eoures, une belle jeune femme brune. Il lui parlait tout en dansant, et il me sembla bien qu’il lui faisait des compliments."



Voilà, c’est amplement suffisant, et la lourde insistance du film récent, bien inutile, trahit vulgairement l’approche délicate de Pagnol,alors que tout aurait pu être suggéré par un simple jeu de regards dans la scène du bal...





Par ailleurs, à propos de secrets, il faut bien admettre que Marcel Pagnol a tout fait pour que ses lecteurs s’intéressent de près à sa famille et à son histoire, ce qui me semble donc légitime, et pas irrespectueux... dès lors qu’il s’agit de mieux comprendre les rapports de l’auteur et de son oeuvre.



Je pense plus précisément à un post récent qui évoquait le silence quasi total de Pagnol, et de ses biographes, sur l’existence du frère aîné de Marcel, prénommé Maurice, décédé à l’âge de quatre mois en août 1894 , alors qu’Augustine était enceinte de deux mois, de Marcel.



Castans a évoqué ce frère aîné dans les premières éditions de "Il était une fois Marcel Pagnol", mais pas dans les éditions ultérieures, ni dans sa biographie... Pas un mot chez Luppi... Quelques phrases chez J.J. Jelot Blanc...

Et même, il me semble bien qu’il ne figure pas non plus sur l’arbre généalogique de la "Maison Natale"...



Alors, quand on sait à quel point le fait de naître après un frère(ou une soeur) mort pèse lourdement sur le destin d’un enfant, pourquoi ce silence ? Le lieu de sépulture ? Pourquoi est-ce le seul membre de la famille dont les restes n’ont pas été transférés à La Treille ?



Après le téléfilm récent, je relis le "Temps des Secrets", et je tombe sur cette phrase, attribuée à Augustine par Pagnol :

"Augustine... fut très émue, mais déclara qu’il fallait bien se résigner à perdre un bébé pour avoir un petit garçon...", hors contexte bien sûr, mais troublant ?...



Qu’en pensez-vous ?













[Effacer]

Josée Re: Les secrets de famille
18/06/2007
21:28

Pour comprendre, il faut se replacer dans le contexte de cette fin de XIXéme siècle, sur la condition des femmes en particulier, elles perdaient énormément d’enfants en bas âge, de quelques jours à quelques mois. Et c’est vrai que nous avons du mal à imaginer cela maintenant, mais elles en faisaient pas toute une histoire. Elles étaient à nouveau enceinte, et on attendait le suivant...

Voilà pourquoi Marcel Pagnol n’en n’a jamais parlé, il a eu raison. Je pense qu’Augustine ne lui a pas ressassé cet évenement pendant toute son enfance.

Je vous donne une preuve de ce que je dis, sur le livret de famille de la grand-mère de mon époux, figurent 10 enfants, seulement 4 sont arrivés à l’âge adulte. Une a été emportée en 1918 par la grippe espagnole à l’âge de 16 ans, les trois autres sont devenus âgés.

Les six autres, leurs dispartions oscillent de quelques jours, quelques mois. Ceux qui ont vécu n’ont pas été traumatisés pour autant. Parmi ceux-là il y avait ma belle-mère, la mère de mon époux.



Amitié



Josée BOUTIN

[Effacer]

Lizbec Re: Les secrets de famille
19/06/2007
16:39

Merci, Chère Josée, pour votre commentaire.



Reconnaissez pourtant que vous aviez là une opportunité unique pour expliquer le caractère "difficile" de votre belle-mère ! (Je plaisante... quoique ...)



Plus sérieusement, ce qui m’importe n’est pas de décider si Pagnol a eu raison,ou tort, d’évoquer,ou pas,certains sujets, mais de comprendre ses raisons, dans la logique de son texte.



Ainsi quelques phrases auraient pu être consacrées à l’évocation de cette résignation(?) des femmes, et des hommes, devant la forte mortalité infantile de ces temps, et Pagnol aurait certainement trouvé une formulation suffisamment forte pour l’exprimer...



Mais je pense qu’en 1956, Marcel Pagnol ne pouvait tout simplement pas évoquer la mort d’un enfant en bas âge, car le drame de la disparition brutale d’Estelle était si proche...

[Effacer]

stephij Re: Les secrets de famille
19/06/2007
22:45

Pour rejoindre Josée, ma grand-mère a également enterrée deux jumeaux peu avant 1940. Personne ne parle jamais de ces deux bébés morts à 8 et 10 mois. Ma grand-mère n’est jamais allée se recueillir sur ces tombes non fleuries et non entretenues alors qu’elle allait fréquemment dans ce même cimetière. L’enfantement ne signifiait pas la même chose qu’aujourd’hui.Dans ce monde paysan qui a connu la guerre, on s’attendait à la mortalité infantile comme à une évidence.

Cependant, Augustine incarne la mère aimante et attentionnée, épanouie dans ce rôle. La question du sexe, ne serait-elle pas à soulever? Marcel évoque à peine sa petite soeur et l’enfant mort est également une fille!

[Effacer]

nicolas Re: Les secrets de famille
20/06/2007
10:36

Bonjour,



Petite rectification, il s’agissait d’un garçon.



Amicalement.



Nicolas.

[Effacer]

stephij Re: Les secrets de famille
20/06/2007
19:50

Ah pardon, fausse piste alors pour mmoi!

[Effacer]

Lizbec Re: Les secrets de famille
23/06/2007
12:35

Dernière observation:



Sur la pierre tombale du cimetière de La Treille figure la mention suivante :



PAUL MAURICE PAGNOL

28 AVRIL 1898

28 JUILLET 1932



Le souvenir de Maurice avait donc été transmis ainsi :



Le "petit Paul" avait reçu, en deuxième prénom,le nom de son frère aîné disparu.

[Effacer]