Bruno Masi remporte le prix Marcel Pagnol 2019

Bruno Masi remporte le prix Marcel Pagnol 2019

Très bel article de Mohammed Aissaoui dans Le Figaro à propos du lauréat du Prix Marcel Pagnol Bruno Masi et de son livre « La Californie » aux Éditions J.C. Lattès.

Son roman, La Californie (JC Lattès), a séduit tout le jury. Une voix singulière est née. L’auteur a reçu sa récompense au Fouquet’s. Malgré le dramatique incendie subi par Le Fouquet’s au mois de mars dernier, le prestigieux établissement ouvre ses salons pour des événements exceptionnels, comme ce lundi 24 juin pour le Prix Marcel Pagnol. À cette occasion, on apprenait une bonne nouvelle: Le Fouquet’s devrait ouvrir au public à la mi-juillet. C’est dans le bien nommé salon Raimu que s’est déroulée la cérémonie de la remise du Prix Marcel Pagnol, créé et organisé par Floryse Grimaud, avec le soutien de Nicolas Pagnol, le petit-fils de l’auteur de Manon des sources. À 19 heures, le président du jury, Daniel Picouly, toujours facétieux, a d’abord donné la liste des six finalistes, et a réclamé les applaudissements pour chacun d’entre eux. Dix-sept ans, d’Éric Fottorino (Gallimard) La Californie, de Bruno Masi (JC Lattès) Les amers remarquables, d’Emmanuelle Grangé (Arléa) Rue des pâquerettes, de Mehdi Charef (Hors d’atteinte) Tu n’as pas de cœur…, de Christine Jordis (Albin Michel) Vol d’hommes, de Marie Lebey (Éditions de Fallois) Ont ensuite été présentés les trois nouveaux membres du jury.

L’artiste FKDL (Franck Duval), qui chaque année dessine l’affiche du Prix Marcel Pagnol, il était normal qu’il rejoigne le jury; Grégoire Delacourt, lauréat du prix Marcel Pagnol 2011, et la romancière Colombe Schneck, également vainqueur du prix l’an dernier. » LIRE AUSSI - Mon Père, de Grégoire Delacourt: les enfants du silence Un bijou littéraire Et «the winner» est… Daniel Picouly se prenait pour le président du Festival de Cannes. Et c’est un romancier beau comme un acteur qui a été désigné: Bruno Masi, pour son deuxième roman La Californie (titre, on le verra, qui n’a pas grand-chose à avoir avec Hollywood). Publié par les éditions Lattès, l’auteur est arrivé accompagné de Véronique Cardi, la présidente, et Anne-Sophie Stefanini, son éditrice, ainsi que des auteurs maison. Inutile de dire que les sourires étaient larges et les smartphones en surcharge. À vue de nez, un million de photos ont été prises. Le Figaro littéraire avait remarqué ce magnifique roman, une sorte d’Attrape-cœurs entre béton et plage, qui narre les élucubrations d’un enfant de treize ans livré à lui-même. Tous les jurés étaient conquis: avec Bruno Masi, une voix singulière est née. D’ailleurs, son émouvant discours ressemblait à son livre. Ce n’est pas un hasard, si le lauréat 2019 a cité dans l’œuvre de Pagnol l’un de ses ouvrages moins connus: La prière aux étoiles (c’est aussi un film inachevé de Pagnol). Les récompenses littéraires ont aussi vocation à faire découvrir de nouveaux talents, et en cela le Prix Marcel Pagnol a parfaitement rempli sa mission.

La Californie est un bijou littéraire. Il met en scène un gamin désœuvré, Marcus Miope, qui annonce assez vite la couleur: «Je n’avais que treize ans et je ne pouvais pas poser des mots sur le flot d’émotions qui me saisissait la poitrine.» Pour son âge, il est déjà très mature. Trop, même. C’est le lot des enfants nés dans une famille déglinguée. Une sacrée galerie de portraits Il n’y a pas de père. Sa mère Annie raconte qu’il est né d’un coup foudre avec un marin américain quand un porte-avions avait mouillé quelques jours dans la rade, la famille habite près de l’autoroute, dans une cité du sud au bord de la mer, entre la plage et le béton. Son frère Dimitri est le fruit d’une rencontre avec un chauffeur routier que sa mère avait croisé lorsqu’elle était vendeuse de fruits et légumes le long de la nationale. Mais elle a découvert qu’il était marié et père de deux enfants... Quant à Annie, elle a passé son temps à fuguer et à laisser ses deux enfants livrés à eux-mêmes, sans argent ni nouvelles. Dans cette drôle de famille, on disparaît comme on respire, sans dire au revoir.

Rien n’a d’importance. «C’était comme ça», dit Marcus. Voilà pour le tableau. On comprend que le gamin de treize ans soit saisi par tout un flot d’émotions et que cette vie l’effraye: «J’ai toujours eu peur de ça, de l’arrivée du malheur et de la souffrance sans que rien ne m’y prépare.» Souvent assis sur le rebord d’une passerelle sous laquelle passe l’autoroute, Marcus rêve de la Californie en voyant défiler les voitures sous ses pieds. On ne dévoilera pas l’intrigue en disant que l’enfant ne prendra jamais l’avion pour Los Angeles - l’essentiel est ailleurs, dans ses élucubrations, ses pensées où l’on décèle une âme déjà abîmée. «Construire, c’est ça: accumuler les briques factices de notre bonheur», dit-il, en se moquant d’un slogan lu sur un panneau: «Vive l’ivresse de la vie!» L’écrivain brosse une magnifique galerie de portraits, une sorte de cour des Miracles, avec Annie et Dimitri, mais aussi le copain Virgile, Abdé le fils du boulanger, les filles à peine caressées, Pénélope et Noémie-Mélodie. Bruno Masi les a tous cités, ses personnages étaient venus avec lui au Fouquet’s…

Découvrir l'ensemble des l'auréarts

 

Lauréat Prix Marcel Pagnol, Nicolas PAGNOL, 2019, Bruno Masi

La sélection du Prix Marcel Pagnol 2019 est arrêtée

La remise du Prix aura lieu le 24 juin au soir au Fouquet’s Paris

La dernière sélection du Prix Marcel Pagnol 2019 vient d’être arrêtée, elle comprend les six livres suivants :

  • Dix-sept ans - Eric Fottorino (Gallimard)
  • La Californie - Bruno Masi (JC Lattès)
  • Les amers remarquables - Emmanuelle Grangé (Arléa)
  • Rue des pâquerettes - Mehdi Charef  (Hors d’atteinte)
  • Tu n’as pas de cœur… - Christine Jordis (Albin Michel)
  • Vol d’hommes - Marie Lebey (Editions de Fallois)

Présidé par Daniel Picouly, le jury est composé de :

Mohammed Aïssaoui, Grégoire Delacourt, Franck Duval, Guy Goffette, Floryse Grimaud, Dominique Guiou, Karin Hann,  Stéphanie Janicot, Nicolas Pagnol, Jean-Noël Pancrazi, Colombe Schneck.

2000/2019, le Prix Marcel Pagnol a 19 ans

Depuis l’année 2000, le Prix Marcel Pagnol distingue chaque année un roman sur le thème du souvenir d’enfance cher à Marcel Pagnol. Une inspiration forte de la littérature. Le Prix Marcel Pagnol a été créé et est organisé par Floryse Grimaud.Il est doté de 3000 euros par Marcel Pagnol Communication.

Des partenaires fidèles

Une nouvelle fois le Prix Marcel Pagnol sera remis au Fouquet’s Paris qui est un partenaire « historique ».  La remise du Prix aura lieu lundi 24 juin à 19 heures dans  les salons de réception au nom évocateur de Raimu, là où Marcel Pagnol aimait réunir sa troupe et ses amis. Cette année encore le street artist FKDL réalisera pour l’occasion une toile originale qui illustrera l’invitation. Cette toile sera exposée au Fouquet’s le soir de la remise du Prix.

Nicolas Pagnol, petit fils de Marcel Pagnol et gestionnaire des affaires Pagnol, est membre du jury. La société Marcel Pagnol Communication dote le prix.

 

Floryse Grimaud / Conseil Edition Communication

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 83 31 10 30

 

Lauréat Prix Marcel Pagnol, PrixMarcel Pagnol, 2019

Création de Fabien au théâtre du chêne noir d’Avignon

Dernière pièce écrite par Marcel Pagnol en 1956, Fabien est avant tout une comédie, comme Marcel Pagnol savait si bien les écrire, une comédie sociale, qui se déroule dans un univers très particulier : celui des « Monstres » et des « curiosités » des Foires de l’époque. « Une comédie dans laquelle on rit plus que dans Topaze », dixit Marcel ! Mais comme toute comédie, elle est construite sur un drame. Fabien, le héros de l’histoire est beau, intelligent et talentueux, il est pourtant le bourreau du drame qui est en train de se jouer… « Un monstre parmi les monstres, mais un monstre qu’on ne peut suspecter, une monstruosité invisible à l’œil nu. Sa victime, sa femme Milly, tombe dans le piège qui lui est tendu : par amour ? Naïveté ? Fragilité ? Est-ce le manipulateur qui choisit sa victime, ou la victime qui choisit son manipulateur ? Martyr ou complice ? Autant de questions qui poseront les fondations de notre ouvrage. Et nous rirons évidemment, au milieu de monstres beaucoup plus humains que notre héros. Nous rirons à gorges déployées du drame social qui se déroulera sous nos yeux. Les monstres de foires, en cage, étaient là pour nous divertir ? ! Non ? De quel côté des barreaux étaient les plus monstrueux ? »

Marc Pistolesi

Réservation ici

Jeudi 7 Février à 19h et Vendredi 8 février à 20h

COMBIEN

Général : 23€
Réduit : 19€
Pass Saison : 16€
Etudiants, demandeurs d’emploi : 10€
Jeudi étudiants : 8€

Marcel Pagnol, Marc Pistolesi, chêne noir d’Avignon

les pestiférés bd marcel pagnol

Les pestiférés" de Marcel Pagnol en BD, une histoire sombre et politique

C'est une œuvre de Marcel Pagnol qu'il n'a pas eu le temps d'achever. "Les pestiférés" qui raconte l'épidémie de peste qui décima Marseille en 1720 est aujourd'hui une BD publiée chez Grand angle.

Le texte existait sous forme d'une nouvelle dans le recueil posthume des souvenirs de Marcel Pagnol : Le temps des amours. Il est repris dans une bande dessinée mais les lecteurs en découvrent la fin que Marcel Pagnol avait racontée à ses proches. 

En ce milieu du 18e siècle, la peste va tuer en deux ans plus d'un tiers des habitants de Marseille et de la région. Une petite communauté échappe au fléau en se réfugiant dans une grotte isolée, vivant en autarcie avant que les autorités ne la découvrent. 

Ce texte court n'avait pas officiellement de fin. Marcel Pagnol avait envisagé de le reprendre. Il n'a pas eu le temps de le terminer, mais il a raconté à son fils ce qu'il voulait faire. Et grâce à la tradition familiale, Nicolas Pagnol, le petit-fils de l'écrivain, a pu lui donner une conclusion reprise par les scénaristes de la BD.   

Nicolas Pagnol : "C'est mon père qui m'a raconté la fin parce que Marcel écrivait souvent avec son fils dans le bureau. Il lui lisait ses feuillets et il lui parlait énormément, c'était apparemment un papa extraordinaire et il devait lui raconter des histoires extraordinaires. En tout état de cause, il lui avait raconté l'intégralité de l'histoire de la peste de Marseille, comment il voyait la fin. Mon père me l'a écrite et j'ai pu la transmettre à Serge Scotto et Eric Stoeffel, pour reconstituer l'intégralité du récit." 

Achetez ici

Marcel Pagnol, les pestiférés

Récolte de fonds par le Fond de Dotation Marcel Pagnol

Au profit de la Compagnie Dans la Cour des Grands  pour la création de la pièce « Fabien » de Marcel Pagnol.

Le Fond de dotation Marcel Pagnol a pour vocation de faire vivre l’œuvre de Marcel Pagnol et d’aider à la faire découvrir dans son intégralité au grand public. C’est pourquoi le Fond lance aujourd’hui une opération de récolte de fonds visant à soutenir la création de la Pièce Fabien par la Compagnie Dans la Cour des Grands.

« Fabien », dernière pièce écrite par Marcel Pagnol en 1956, fait figure de pièce « inconnue » de notre académicien. C’est pourtant une œuvre très forte, très intéressante. Une comédie puissante qui se déroule dans l’univers des foires aux monstres ; femme à barbe, géants, nains, femme oiseaux… et qui va nous montrer une nouvelle facette de Marcel Pagnol. Jamais joué depuis 1956, la Compagnie Dans la Cour des Grands a choisi de faire connaître au plus grand nombre ce chef d’oeuvre et va la créer en 2019.  La mise en scène va en être assurée par Marc Pistolesi, metteur en scène notamment d’ « Ivo Livi » (Molière 2017 du spectacle musical) dont le travail et l’adaptation vont surprendre, faire rire et émouvoir. Créer Fabien est un gros défi pour la Compagnie Dans la Cour des Grands. 9 comédiens sur scène, un scénographe, deux décorateurs, un créateur lumière, de nombreux effets visuels. La tâche et l’investissement financier sont importants. 

Afin de réaliser cette pièce, la Compagnie a demandé l’appui du Fond de Dotation et c’est tout naturellement que nous avons décidé de les soutenir. Seule compagnie en Europe à être labellisée par Marcel Pagnol Communication pour la qualité artistique de ses créations, la Cie Dans la Cour des Grands développe depuis de nombreuses années, des spectacles originaux visant à promouvoir et à faire vivre l’œuvre de Marcel PAGNOL. Son concept phare est celui des Randonnées Théâtrales, spectacle joué « in vivo » dans les paysages qui ont inspiré Marcel Pagnol.

Le spectateur devient, durant une journée entière un témoin de l’histoire à laquelle il prend part, se trouvant immergé, au plus près des émotions transmises par le texte et les comédiens. Manon des sources, La femme du boulanger, Le Schpountz, La Fille du Puisatier, Le château de ma mère, chaque création a été́ jouée pendant minimum trois ans à guichets fermés. Par l’originalité de ces créations, elle ouvre la voie vers une nouvelle forme théâtrale « l’art des collines », qui a conquis plus de 80 000 spectateurs.

La compagnie n’a pas délaissé pour autant la scène, elle s’y est fait connaître avec trois pièces, « Travel’in Pagnol » « Un soir au bar de la Marine » « Jules et Marcel », trois pièces, trois univers.Avec sa nouvelle création « Fabien » c’est encore un univers différent que propose la compagnie Dans la cour des grands. Une fois de plus ,avec cette nouvelle pièce, elle s’attache à montrer l’étendue de l’œuvre de Pagnol, sa modernité et son universalité.

Comment effectuer votre don ?

Nous vous appelons à les soutenir et ainsi à bénéficier d’une exonération d’impôts.

En nous apportant votre soutien financier avant le 31 décembre 2018, vous pourrez déduire 66% du montant versé de votre impôt sur le revenu 2018, et un versement de 50 €, 100 € ou 200€ ne vous coûtera en définitive que 17 €, 34€ ou 68€. Un justificatif fiscal vous sera bien sûr fourni. 

Note importante : Le Fond de dotation récoltant aussi des dons pour la restauration des œuvres et du patrimoine ayant appartenu à Marcel Pagnol, il est nécessaire de préciser en commentaire lors de votre don que celui-ci concerne la Pièce Fabien de la Compagnie Dans la Cour des Grands afin que le don leur soit reversé. Si ce n’était pas le cas, les dons seraient utilisés à la restauration du patrimoine.

Vous voulez soutenir la création de cette pièce ; cliquez sur le lien suivant :

https://www.okpal.com/fonds-marcel-pagnol/#/

Marcel Pagnol, Le Schpountz , Fonds Marcel Pagnol