Jean de Florette

Page précédentePage précédente

Premier tome de "L'EAU DES COLLINES".

Edition Originale

Paris, Éditions de Provence, 1963

Résumé

Ugolin, de retour du service militaire, convoite le champ de son voisin pour y cultiver des œillets. Le Papet, son grand-père, tue accidentellement le voisin après une altercation. Dès lors, le Papet et Ugolin bouchent la source qui alimente la propriété dans l'espoir de l'acquérir à bas prix. Mais Jean de Florette, un neveu de la ville, hérite de la ferme et décide de s'y installer avec sa femme et sa fille Manon. Il se lance dans l'élevage des lapins ; mais l'eau manque cruellement et malgré ses savants calculs et son courage, Jean finit par se tuer à la tâche. Ugolin rachète la ferme à la veuve ruinée et débouche la source sous les yeux de Manon, cachée dans un fourré.

Le Papet alluma sa pipe, et demanda : "Il y a du nouveau ?
- Oui, et il y a du bon et du mauvais. Premièrement, les vastes projets, c'est un grand élevage de lapins, en plein air, dans un grillage.
- Très bien. Il a un livre ?
- Oui, il me l'a fait voir. C'est tout plein de chiffres. Ça prouve que, si tu commences avec deux lapins, au bout de six mois, tu en as plus de mille. Et si tu laisses continuer, c'est la perdition : c'est comme ça qu'ils ont mangé l'Australie.
- Je connais ça, dit le Papet. (...) Avec un porte-plume, c'est facile de faire des multiplications et des lapins.
(...)
- Lui, il dit qu'il veut se limiter : pas plus de 150 par mois."
Le Papet ricana :
"Bravo ! Bravo !
- Et il va les nourrir avec des coucourdes chinoises qui ont la peau en bois. Il dit que ça pousse aussi vite qu'un serpent qui sort du trou, et chaque plante peut faire au moins cent kilos de coucourdes, mais lui, il se contentera de cinquante.
- Galinette, tu es sûr que tu n'exagères pas un peu ?
- Oh ! pas du tout. Je te répète ce qu'il m'a dit.
- Il s'est peut-être foutu de toi ?
- Par moments, je me le suis demandé. Et puis non, c'est du sérieux :
il y croit. Ce matin, il a encore fait monter un gros voyage de grillage, de piquets, de ciment.
(...)
- Eh bien, tout ça me plaît beaucoup, parce que cet homme, le Bon Dieu nous l'a fait sur mesure. Dans six mois, il sera parti.