Inédits

Inédits

Page précédentePage précédente

Edition Originale

Monte-Carlo Pastorelly, 1986.

Préface

"Ce livre pourrait s'intituler "Pagnol insolite". En effet, il nous révèle un aspect nouveau de la personnalité de l'écrivain: sa curiosité universelle, qui s'étendait à tous les domaines scientifiques. Le conteur merveilleux de "L'EAU DES COLLINES", l'historien passionné du "MASQUE DE FER" est aussi un mathématicien rigoureux qui s'attaque aux problèmes les plus ardus, tels que les nombres premiers, un inventeur de machines à vapeur ou de procédés mécaniques tels que ceux pour lesquels il a pris un brevet, un physicien et un biologiste qui s'interroge sur les procédés de la médecine et la guérison des maladies (n'a t-il pas écrit : si je n'avais pas été un écrivain, j'aurais voulu être un médecin…) Partout il apporte une vision neuve et percutante, une mise en perspective qui retiennent constamment l'attention."

Résumé

Publication posthume de textes divers écrits entre les années 40 et 60 et rassemblés par son fils Frédéric : réflexions, interrogations que Pagnol s'adresse à lui-même porté par son immense curiosité pour toutes les choses de la vie. Pensées, à la limite de la philosophie ou pensées pleines d'humour, textes et croquis sur ses recherches en mécaniques et en mathématiques concernant en particulier le théorème de Fermat sur les nombres premiers.

Les Physiciens
Qu'ils se vantent d'être des sorciers, soit. Mais qu'ils ne se prennent pas pour des dieux. Leur crainte de faire sauter la terre n'est que l'aveu d'une vanité ridicule, et elle prouve que l'on peut être, en même temps qu'un très grand physicien, un prétentieux. Il est absolument certain que l'homme n'a jamais rien inventé. Il a fort habilement découvert, c'est-à-dire compris et expliqué (et utilisé) une très faible partie des forces qui existent dans la nature. Mais chaque fois qu'il trouve, il croit qu'il a créé. Et l'on dit : "Quelle sera l'action de cette force nouvelle ?" Mais, cher ami, elle n'est nouvelle que pour nous. Tout a eu lieu, sur cette terre, et la nouvelle bombe H n'est sans doute qu'une imitation humaine des phénomènes volcaniques, qui, cent mille fois plus puissants, n'ont pas encore fait éclater le globe terrestre. Certes, j'admire ces bipèdes qui, grâce à leur pouce opposable, et à leurs trois livres de matière grise, ont réussi à mettre au point un très petit volcan transportable, et qui obéit à leur commandement. Mais il faut faire un bien grand saut pour passer du plan des hommes à celui de la création, et il faut être un bien grand sot pour n'en pas mesurer l'incommensurable hauteur.